Black and White

Black and white

(French below – Français plus bas)

Am I colourblind? I’m not sure my lack of attraction for colours is to please my colourist-significant-other. As you know if you already follow my work, most of my pieces are black and white, sometimes enhanced with red – blood or make-up, never part of the original step.
The thing is, I love desaturation. Black and white movies with strong contrasts, black and white photography, black and white drawings, from tattoos to comic books. I decided to follow my attraction and break with traditional painting – most of the time colourful.

I first broke from colour with Rumeurs Adolescentes (2008), a cropped portrait inspired by a music video from the French band BBBrunes. It was also the first large scale portrait I’ve ever made, at a time when I was focusing on comic books drawing.

Next of them were Nothing For You To Gain (2011) and The Silence Where You Hide (2012). All of them depict obsessions, strong feelings and are part of what I saw at the time as a “villain series” that was supposed to show villains’ rights to be who they are.  Their style is different from the first one though: they are my first all-black paintings, where I use only black acrylic and the white of the canvas as a colour – leaving the drawing frame apparent, which gives them this rushy/non finished aspect.
From The Murky Depths (2013) comes a bit later, using the same technics but has a different meaning, as I don’t separate villains and good guys anymore from this point. He’s the last to remain unspoiled by cuts and red.


Suis-je insensible au pouvoir des couleurs ? Mon désintérêt pour la couleur ne doit pas toujours plaire à mon petit-ami coloriste digital. Comme vous le savez si vous me suivez depuis quelques temps, la plupart de mes prods sont en noir et blanc, parfois rehaussées de touches de rouge (généralement du sang ou du maquillage, appliqué après la phase première de réalisation).
J’aime le noir et blanc, ou les couleurs complètement désaturées, que ce soit dans les films, les photos, les dessins – du tatouage à la bande dessinée. C’est suivant cette attirance que je me suis séparée de la peinture traditionnelle qui est la plupart du temps colorée.

Ma première production en noir et blanc est Rumeurs Adolescentes (2008), un portrait partial inspiré par un clip du groupe BBBrunes. C’était aussi le premier de mes portraits grand format à une époque où mon travail se concentrait sur des dessins de bande dessinée.

Les suivants dans cette mouvance furent Nothing For You To Gain (2011) et The Silence Where You Hide (2012). Tous trois représentent des obsessions et des sentiments forts, et je les voyais à l’époque faisant partie d’une “villain series”, une série de portraits rendant aux méchants des histoires le droit d’être méchants. Le style de ces deux peintures est différent de celui de la première : pour la première fois, je n’utilisais que de l’acrylique noir et le blanc de la toile comme une couleur – laissant apparaitre le cadre-guide, ce qui leur donne cet aspect réalisé dans l’urgence, pas fini.
From The Murky Depths (2013) s’ajoute un peu plus tard, utilisant les meme techniques mais différent dans son discours : je ne sépare plus méchants et gentils depuis quelques temps déjà. C’est la dernière de mes toiles à ne pas être gâchée soit par des déchirures, soit par du rouge.

signa

Advertisement

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s