This is how you start, 2015.

bad wolf films

(French below – français plus bas)

When I started writing this article, I called it “Make this year better than the last one”. I was about to express my resolution in making 2015 a successful artistic year, I was optimistic and quite excited. I started writing this article on Tuesday evening. The morning after, the team behind the French magazine Charlie Hebdo was attacked.
I can’t say that I was a regular reader. I used to get Charlie Hebdo along with Fluide Glacial (another French satirico-comic magazine) in train stations, before long trips. And I was very fond of François Cavanna, one of Charlie Hebdo’s creators, who sadly passed away nearly one year ago. One of the first thing I thought when I heard the news was “what would Cavanna say…”

But I believe that none of them would have liked anybody to drown into despair and sadness. Yes, the world is mad, and ugly, and that’s why we have to stand up and laugh at it, do the best we can to make it better and happier. That’s why I won’t postpone my optimistic post about my little self and I’ll work even harder on trying to live from my art and to spread art everywhere. I won’t be afraid, I won’t be shy, I’ll be excessive but I’ll express all the creativity I have inside – and too bad if it doesn’t sell and takes too much space in my flat.

2014 has been a great year for the development of my artistic work. One exhibition in London, one festival in Scotland, a printed and several online publications in Bizarre Magazine and my first ever order. In a personal plan, I also started developing new techniques and new themes, like my ongoing “Pretty Little Death” series, and I’ve got a lot of ideas to try out. 2015 already seems as promising, if not more: I’ve been ordered a new portrait and a talentful independent filmmaker, K, asked me to design a poster for her last film, Maya, a horror movie about Jinn possession filmed in Pakistan.

I’d like to tell you more about this last project, not only because I’m very excited about it (and have been left a lot of creative freedom) but also because it has a lot of cultural implication. As an independent “artist” and as an art lover, I support a lot independent creative projects from all art forms, and I’m following Bad Wolf Films (check out their website here) for about a year now. The thing is (and not many people are aware of this) independence costs a lot, and filmmaking is one of the most expensive forms of art; Maya is now in Postproduction and needs a bit of funding, most of which going on the hiring of a screening room in July for the Première, most likely at the Electric Cinema in London. If you support my work, if you support independent talent, if you support Women in Horror, you can now help K (and at the same time help me to promote my work) by sponsoring Maya here. And if you can’t, you can still show your support for free on facebook!

I won’t wish you a happy new year – you’re the ones who can make 2015 a better year!


Quand j’ai commencé à écrire cet article, je l’ai appelé “Make this year better than the last one” – fais que cette année soit meilleure que l’an dernier. J’étais sur le point d’exprimer ma résolution de faire de 2015 une année pleine de succès au niveau artistique, j’étais optimiste et assez excitée par toutes ces nouvelles perspectives offertes par cette nouvelle année. J’avais commencé cet article mardi soir. Le lendemain matin, les membres de Charlie Hebdo se faisaient assassiner.
Je n’étais pas une lectrice régulière, il m’arrivait de prendre Charlie Hebdo et Fluide Glacial à la gare de Grenoble avant de longs voyages en train. J’avais toujours aimé François Cavanna, l’un des fondateurs de Charlie Hebdo, (surtout pour ses bouquins, en particulier Les Ritals) et j’avais été très attristée d’apprendre sa mort l’année dernière ; l’une des premières choses qui m’est venue à l’esprit quand j’ai appris la nouvelle : “Qu’est-ce que Cavanna dirait…”

Mais je suppose qu’aucun d’entre eux n’aurait voulu que qui que ce soit s’apitoie, se réfugie dans le désespoir ou la tristesse. Alors oui, le monde est fou, malsain et moche, c’est d’ailleurs pour ça qu’il faut se lever face à lui et en rire, faire du mieux que l’on peut pour le rendre meilleur et plus heureux. C’est pour cela que je ne remettrais pas à plus tard cet article optimiste sur ma petite personne et je travaillerai d’autant plus dur pour enfin parvenir à survivre de mon art et de la projection de l’art en général dans notre morose vie quotidienne. Je n’aurais plus peur, je ne serais plus timide, je me permettrais l’excès et exprimerais toute la créativité que j’ai en moi – et tant pis si ça ne vend pas et s’entasse dans mon appart.

2014 a été une bonne année pour moi artistiquement parlant. Une expo à Londres, un festival en Ecosse, une impression papier et plusieurs publications de mon travail en ligne par Bizarre Magazine et ma toute première commande. De façon plus personnelle, j’ai aussi commencé à développer de nouvelles techniques et de nouvelles thématiques (comme ma série actuelle des “Pretty Little Death”), et j’ai encore tout un tas d’idées à essayer. 2015 a déjà l’air aussi prometteuse que l’année écoulée, si ce n’est plus : j’ai reçu une nouvelle commande de portrait et une filmmakeuse de talent, K, m’a proposé de créer le poster de son dernier film, Maya, un film d’horreur sur la possession humaine par les Djinns, filmé au Pakistan.

J’aimerais vous en dire plus sur ce dernier projet, non seulement parce que je suis très excitée à l’idée de travailler là-dessus (d’autant plus que l’on laisse beaucoup de place à ma créativité personnelle dans ce projet), mais aussi parce qu’il porte de nombreuses implications culturelles (notamment le fait que Maya semble être le premier film d’horreur pakistanais à être écrit et dirigé par une femme). En tant qu’ “artiste” indépendante et d’amoureuse des arts, je supporte beaucoup de projets artistiques, quelle que soit la forme d’art, indépendants et je suis l’actualité et le travail de Bad Wolf Films (Jetez un oeil au site internet ici) depuis plus ou moins un an. Le problème (et peu de gens en sont conscients), c’est que l’indépendance coûte bien plus cher que le travail sponsorisé (et donc contrôlé…), surtout lorsque l’on travaille sur de la création cinématographique qui est sans doute l’une des formes d’art les plus onéreuses. Maya est à présent en phase de Postproduction et a besoin d’un coup de pouce financier. La plus grande partie des fonds recueillis serviront à louer une salle dans un cinéma londonien en juillet pour l’avant-première, probablement à l’Electric Cinema. Si vous aimez mon travail, si vous voulez vous impliquer provisoirement dans la création artistique indépendante, si vous supportez Women in Horror, il vous est possible d’aider K (et en même temps de promouvoir mon travail) en sponsorisant Maya ici. Et si vous n’avez pas les moyens mais aimez quand même le projet, vous pouvez montrer votre support gratuitement sur facebook!

Je ne vous souhaiterai pas une bonne année – je vous fais confiance pour faire de 2015 une meilleure année que l’an passé !

signa

Advertisement

8 thoughts on “This is how you start, 2015.

  1. Pingback: About meeting people and getting started | Alice von Gotha - bilingual artblog

  2. Pingback: “Maya” and The struggles of an artist’s life | Alice von Gotha - bilingual artblog

  3. Pingback: 28 drawings later – end of the February challenge | Alice von Gotha - bilingual artblog

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s